Populations à risque

De Indicateurs EA
Révision datée du 19 janvier 2018 à 21:28 par Hervé (discussion | contributions) (Page créée avec « {{Thème}} »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Populations à risque

DocumentDate de publicationTexte de la position
Le droit à l’éducation des adultes a un prix (2019)2019
  • Étant donné que les personnes marginalisées se retrouvent souvent dans les milieux éducatifs non formels comme les organismes communautaires, leur apport devrait être reconnu par un rehaussement du financement à la mission des organismes d’action communautaires autonomes.
L’éducation des adultes à la croisée des chemins : plateforme électorale proposée dans le cadre de l’Élection générale d'octobre 20182018Populations précarisées ENGAGEMENT no 5 : S’assurer que les politiques, les stratégies, les plans d’action et les programmes en éducation des adultes tiennent compte des besoins des personnes appartenant à des groupes qui affichent de faibles taux de scolarité ou de compétences (c.-à-d. sans diplôme d’études secondaires ou faiblement alphabétisées).
L’éducation des adultes à la croisée des chemins : plateforme électorale proposée dans le cadre de l’Élection générale d'octobre 20182018Accessibilité, persévérance et réussite

ENGAGEMENT no 6 : Adopter une stratégie d’accès à la formation, de persévérance et de réussite à l’intention des populations ayant les plus grands besoins éducatifs. De manière prioritaire, cette stratégie devra :

  • Mettre en place des mesures de conciliation famille, travail et études afin de favoriser la participation des personnes en emploi à des activités d’apprentissage ou des programmes de formation.
  • Prendre des mesures pour lever les obstacles à l’apprentissage auxquels sont confrontées les personnes des groupes précarisées. À ce titre, porter une attention particulière aux obstacles liés aux violences sexuelles, à la discrimination raciale, au sexisme, à l’hétérosexisme, à la pauvreté, etc.
  • Réformer l’aide financière aux études pour l’adapter aux besoins et à la condition des adultes, notamment, les adultes en emploi à faibles revenus.
Les conditions d’un accompagnement réussi en éducation des adultes, projet de loi no 70 (2016)2016RECOMMANDATION no 3 : Afin de faire du Programme objectif emploi une action globale permettant au gouvernement du Québec de répondre avec souplesse aux besoins de main-d’œuvre appréhendés du marché du travail et de favoriser la mobilité en emploi, le Ministre devrait s’assurer qu’un programme bonifié vise largement les Québécoises et les Québécois les plus affectés par les inégalités sociales vécues au Québec, que ces personnes soient ou non en emploi.
Les conditions d’un accompagnement réussi en éducation des adultes, projet de loi no 70 (2016)2016RECOMMANDATION no 5 : Afin de lutter efficacement contre la pauvreté et l’exclusion sociale des personnes visées par le Programme objectif emploi, le Ministre devrait établir un seuil minimal de prestations qui se rapproche le plus possible du seuil de faible revenu et s’engager à n’imposer aucune pénalité financière en cas de manquement à un ou des engagements prévus au plan d’intégration.
Lire pour apprendre, comprendre et agir (2015)2015Niveaux 1 et inférieur à 1 de littératie

Niveaux qui se caractérisent par de faibles (niveau 1) ou de très faibles attentes (inférieur à 1) en matière d’évaluation de la capacité des adultes à utiliser l’écrit :

  • les adultes qui se classent aux niveaux les plus bas de l’échelle de littératie se retrouvent dans une situation où ils sont susceptibles d’éprouver des difficultés ou de grandes difficultés à comprendre l’écrit;
  • ces adultes peinent à lire pour apprendre : leur autonomie d’action et leur capacité d’agir sont limitées en présence d’environnements écrits de plus en plus complexes;
  • une personne sur cinq se retrouve dans cette situation au Québec (chez les adultes de 16 à 65 ans, 14,9 % se classent au niveau 1 et 4,1 % se classent au niveau inférieur à 1).
Création d’un Réseau de lutte à l’analphabétisme (2014)2014Améliorer les conditions de vie des personnes peu ou pas alphabétisées et de leur famille :
  • lutter contre la pauvreté;
  • mettre en place les conditions d’exercice de leurs droits;
  • favoriser leur participation citoyenne.
  • Création d’un Réseau de lutte à l’analphabétisme (2014)2014Adapter les environnements écrits et technologiques à la réalité des personnes peu ou pas alphabétisées.
    Enjeux incontournables de l’éducation des adultes (2010-2015)2010Enjeux spécifiques

    Ces enjeux traitent plus directement de la situation des réalités sectorielles de l’éducation et de la formation des adultes ou des besoins spécifiques de certaines populations d’adultes. Ils sont aussi liés à ce qui déterminera la conjoncture de l’éducation et de la formation des adultes. La formulation de certains de ces derniers enjeux devra faire l’objet d’échanges avec les principaux acteurs et réseaux concernés.

    1. Comprendre les réalités et défis spécifiques des différents milieux de l’éducation et de la formation des adultes
    2. Comprendre les réalités et défis qui sont spécifiques à des groupes de la population vivant des inégalités éducatives
    3. La réussite de la mise en œuvre du prochain plan d’action de la Politique gouvernementale d’éducation des adultes et de formation continue
    4. Le respect des engagements pris par le Québec et le Canada lors de CONFINTEA VI
    5. Le maintien des acquis et le développement de l’éducation et de la formation des adultes dans un contexte de retour à l’équilibre budgétaire
    Mémoire sur l’accessibilité financière aux études (2010)2010RECOMMANDATION no 6 : élaborer un cadre financier qui favorise la synergie entre tous les acteurs étatiques et qui soutient activement la réalisation d’objectifs d’éducation et de formation des adultes dans les politiques sociales, économiques, culturelles, environnementales et de développement régional de l’État, de ses ministères et de ses agences.

    Dans cette perspective, nous recommandons au Comité consultatif sur l’accessibilité financière aux études de faire valoir la nécessité de lier les politiques de l’État en éducation, en santé, en économie, en culture et en développement régional à des objectifs communs d’accessibilité financière à l’éducation et à la formation des adultes :

    1. cette action concertée accorderait une priorité aux populations vivant les plus grandes inégalités d’accès;
    2. elle s’appuierait par ailleurs sur les principes et les fondements de l’éducation et de la formation des adultes énoncés dans la Politique gouvernementale d’éducation des adultes et de formation continue.
    Mémoire sur l’accessibilité financière aux études (2010)2010RECOMMANDATION no 1 : accorder la priorité aux populations d’adultes qui vivent les plus grandes inégalités liées à l’accessibilité financière aux études et à la formation tout au long de la vie.
    Mémoire sur l’accessibilité financière aux études (2010)2010
  • de faire valoir la mise en place de mesures d’accessibilité financière dont l’objectif prioritaire serait de hausser de 45 % le taux de participation à la formation formelle2 sur une période de 5 ans pour les populations moins favorisées :
    • les personnes faiblement scolarisées (sans diplôme d’études secondaires ou ne possédant que ce diplôme), peu alphabétisées ou se situant au niveau le plus faible de l’échelle de la littératie, soit le niveau 1;
    • les travailleurs les moins susceptibles d’avoir accès à la formation, qui œuvrent notamment dans le secteur primaire ou celui des services personnels et aux entreprises, dans des entreprises de moins de 20 salariés ou qui ont un statut de cols bleus. Il faut aussi tenir compte du fait que les personnes sans emploi participent moins que les personnes en emploi;
  • Mémoire sur l’accessibilité (2010)2009RECOMMANDATION no 1 : accorder la priorité aux populations vivant les plus grandes inégalités d’accès.

    Nous recommandons au CSE de faire valoir que les actions en matière d’accroissement de l’accès à l’éducation et à la formation des adultes aient pour objectif prioritaire de hausser de 45 % le taux de participation à la formation formelle sur une période de cinq ans pour les populations suivantes :

    • personnes faiblement scolarisées (sans diplôme d’études secondaires ou ne possédant que ce diplôme), peu alphabétisées ou se situant au niveau le plus faible de l’échelle de la littératie, soit le niveau 1;
    • travailleurs œuvrant dans le secteur primaire ou dans le secteur des services personnels et aux entreprises, dans des petites entreprises de moins de 20 salariés ou dans des fonctions de cols bleus. En outre, tenir compte que les personnes en chômage participent moins que les personnes occupant un emploi.

    Indicateurs clés

    IndicateurLibelléDescription
    INDICATEUR 27aScolarité des personnes vivant avec une incapacitéLes personnes vivant avec une incapacité sont proportionnellement plus nombreuses à ne pas avoir de diplôme, quel que soit leur âge ou leur sexe.
    INDICATEUR 27bEmploi, activité et chômage des personnes vivant avec une incapacitéDe manière générale, les personnes vivant avec une incapacité de 15 à 64 ans sont moins actives sur le marché du travail : elles affichent des taux d’emploi plus faibles et des taux d’inactivité plus élevés que les personnes sans incapacité quel que soit le sexe, l’âge ou le niveau de scolarité.
    INDICATEUR 27cRevenu des personnes vivant avec une incapacitéAu sein de la population âgée de 15 ans et plus, les personnes vivant avec une incapacité sont proportionnellement plus nombreuses à afficher des revenus de moins de 30 000 $ et moins nombreuses à bénéficier de revenus supérieurs à 30 000 $.
    INDICATEUR 28aScolarité chez les AutochtonesAu Québec, les écarts entre les Autochtones et les non-Autochtones sont importants chez les personnes qui ont un diplôme universitaire ou qui n’ont pas de diplôme. Cependant, ces écarts sont bien moins importants aux niveaux de scolarité intermédiaires. Les Autochtones sont même proportionnellement plus nombreux que les non-Autochtones à avoir un diplôme d’apprenti ou d’une école de métier.
    INDICATEUR 28bLittératie et numératie des AutochtonesLes populations autochtones sont proportionnellement plus nombreux que les non autochtones à se classer aux niveaux 1 et inférieur à 1 de littératie et de numératie.
    INDICATEUR 28cEmploi et chômage chez les AutochtonesDe manière générale, les Autochtones affichent des taux d’emploi plus faibles et des taux de chômage plus élevés que les non-Autochtones. Les Autochtones ayant un diplôme universitaire constituent cependant une exception : en matière d’emploi et de chômage, ils sont à égalité avec les non-Autochtones.

    Par ailleurs, des écarts apparaissent entre les taux d’emploi de chômage des Autochtones selon le lieu de résidence : pour tous les niveaux de scolarité à l’exception du diplôme universitaire, les Autochtones qui résident hors communauté affichent des taux d’emploi plus élevés et des taux de chômage plus faibles que les Autochtones en communauté.
    INDICATEUR 28dRevenu des AutochtonesLes Autochtones de 25 à 64 ans apparaissent bénéficier davantage des effets d’une forte scolarisation que les non-Autochtones du même groupe d’âge. Cela dit, le revenu après impôt médian des Autochtones ayant une scolarité équivalente ou inférieure au diplôme d’apprenti ou d’une école de métier demeure moins élevé que celui des non-Autochtones ayant une scolarité comparable.
    INDICATEUR 28eFréquence du faible revenu chez les AutochtonesLes Autochtones de tous âges sont en moyenne 1,5 fois plus susceptibles que les non-Autochtones de se retrouver en situation de faible revenu.
    INDICATEUR 29aScolarité des personnes immigrantesLa population immigrante du Québec se caractérise par une plus forte proportion de personnes ayant des diplômes universitaires et une plus faible proportion de personnes sans diplôme.
    INDICATEUR 29bLittératie des personnes immigrantesLes personnes immigrantes sont proportionnellement plus nombreuses à se classer aux niveaux 1 et inférieur à 1 de littératie.
    INDICATEUR 29cEmploi et chômage chez les personnes immigrantesLes personnes immigrantes sont proportionnellement moins nombreuses à être en emploi et plus nombreuses à être en chômage que les personnes nées au Québec, quel que soit leur sexe, leur groupe d’âge ou leur niveau de scolarité.
    INDICATEUR 29dRevenu des personnes immigrantesLes personnes immigrantes de 25 à 64 ans ont un revenu médian après impôt moins élevé que celui des personnes nées au Canada, quel que soit leur âge ou leur sexe. Par ailleurs, toutes les femmes ont un revenu inférieur à celui de tous les hommes, quel que soit l’âge ou le niveau de scolarité.
    INDICATEUR 29eFréquence du faible revenu chez les personnes immigrantesLa fréquence du faible revenu après impôt est plus élevée chez les personnes immigrantes. Selon le groupe d’âge, cette fréquence varie de 20 % à plus de 30 % pour les personnes immigrantes, alors qu’elle oscille entre 10 % et 18 % pour les personnes nées au Canada.
    INDICATEUR 30aLittératie et numératie des personnes sans diplômeLa grande majorité (90 %) des adultes québécois de 18 à 65 ans qui n’ont pas de diplôme d’études secondaires (DES) ont de faibles compétences en littératie et en numératie.
    INDICATEUR 30bEmploi et chômage des personnes sans diplômeLes adultes de 25 ans et plus sans diplôme affichent des taux d’emploi inférieurs ainsi que des taux de chômage supérieurs à ceux des adultes ayant un diplôme. On observe par ailleurs que les taux d’emploi des adultes de 25 ans et plus varie beaucoup en fonction du sexe et du niveau de scolarité.
    INDICATEUR 30cRevenu des personnes sans diplômeLes revenus d’emploi des adultes de 25 à 64 ans sans diplôme sont significativement moins élevés que ceux des adultes ayant un diplôme. On observe par ailleurs que les revenus d’emploi des femmes sont systématiquement moins élevés que ceux des hommes, quel que soit leur niveau de scolarité.
    INDICATEUR 30dProfil des adultes de 18 à 65 ans sans diplôme selon l’enquête du PEICALes adultes de 18 à 65 ans sans diplôme représentaient 14 % de la population québécoise en 2012 : ils sont majoritairement nés au Canada, en emploi, résident dans de grands centres urbains et leurs parents étaient également sans diplôme.
    INDICATEUR 30ePratique d’activités liées à la lecture, à l’écriture, aux mathématiques et à l’informatiqueLa pratique d’activités liées à la lecture, à l’écriture, aux mathématiques ou à l’utilisation de l’ordinateur et d’Internet apparait être plus faible chez les adultes de 18 à 65 ans sans diplôme que chez leurs homologues avec diplôme.
    INDICATEUR 30fParticipation à des activités de formation formelle et non formelleLes taux de participation à des activités de formation des adultes de 18 à 65 ans sans diplôme sont systématiquement plus bas que ceux de leurs homologues avec diplôme.
    INDICATEUR 30gUtilisation d’InternetLa fréquence d’utilisation d’Internet par les adultes de 18 à 65 ans sans diplôme est nettement plus faible que celle de leurs homologues avec diplôme. De 50 à 70 % des adultes sans diplôme disent ne jamais utiliser Internet.
    INDICATEUR 30hFréquence de lecture et d’écritureLes adultes de 18 à 65 ans ayant un diplôme sont proportionnellement plus nombreux que leurs homologues sans diplôme à lire et à écrire au moins une fois par semaine.
    INDICATEUR 31aScolarité parents monoparentauxQuel que soit leur âge ou leur sexe, les parents monoparentaux sont plus susceptibles de ne pas avoir de diplôme que l’ensemble des parents du Québec.
    INDICATEUR 31cRevenu des familles monoparentalesGlobalement, le revenu des familles monoparentales ayant des enfants de 0 à 17 ans est inférieur à celui des familles comptant un couple avec enfants de 0 à 17 ans. Les familles monoparentales sont par ailleurs plus susceptibles de se retrouver en situation de faible revenu.
    INDICATEUR 31dProfil des familles monoparentalesLe nombre de familles monoparentales a augmenté de plus de 11 % au Québec entre 2001 et 2016. Parallèlement à cette augmentation, le nombre de familles avec couples et enfants a diminué.