Déclaration de principe sur l'adéquation entre la formation et l'emploi (2019)

De Indicateurs EA

Déclaration de principe sur l'adéquation entre la formation et l'emploi (2019)

Déclaration de principe de l'ICÉA affirmant l’importance de quatre dimensions stratégiques de l’adéquation entre la formation et l’emploi : les conditions, les moyens, les ressources et les contenus.

Source : Pour une vision large de l’adéquation entre la formation et l’emploi, Déclaration de l’ICÉA (fichier PDF), Adoptée le 14 mai 2019 par le conseil d’administration de l’ICÉA, mai 2019.

Déclaration de principe de l'ICÉA

Préambule

L’adéquation ne peut se limiter à des analyses quantitatives centrées sur les besoins de main-d’œuvre des secteurs d’industrie ou des régions du Québec. Elle doit prendre en compte les besoins des personnes (développement des compétences, accès à l’emploi, qualité de la rémunération, conformité aux aspirations professionnelles, nécessité de s’adapter aux changements à venir, etc.) et de la société du savoir dans laquelle nous vivons (capacités d’action et d’adaptation des individus et des organisations, culture d’apprentissage tout au long de la vie, etc.).

Élargir la vision actuelle de l’adéquation suppose de se questionner sur les véritables causes des déséquilibres identifiés par la CPMT; de s’attarder aux raisons structurelles pouvant expliquer le manque d’intérêt pour des emplois en demande. Par ailleurs, nous ne devrions pas avoir à choisir entre les avantages à court terme d’une main-d’œuvre spécialisée qui maîtrise des compétences spécifiques et les avantages à long terme d’une main-d’œuvre polyvalente dont on aura pris soin de développer la capacité de s’adapter à de nouveaux contextes de travail.

Dans cette perspective, l’ICÉA rend publique la déclaration suivante afin de contribuer à élargir la portée des politiques en matière d’adéquation entre la formation, les compétences et l’emploi. Au terme de sa réflexion, l'ICÉA affirme l’importance de quatre dimensions stratégiques de l’adéquation recherchée par le gouvernement, les conditions, les moyens, les ressources et les contenus.

Affirmation concernant les dimensions stratégiques de l’adéquation

Attendu que ces dimensions sont représentatives des constats et des préoccupations soulignés par les membres et les partenaires que nous avons consultés;

Attendu qu’elles énoncent des modes de correspondance dont les éléments sont susceptibles d’accroître l’adéquation entre la formation, les compétences de la main-d’œuvre et les emplois en demande sur le marché du travail;

Attendu que cette adéquation devrait également viser une correspondance entre la formation, les compétences nécessaires à la vie dans une société du savoir et nos responsabilités citoyennes en matière d'environnement, de santé, de relations interculturelles, de finances personnelles, etc.;

Attendu que cette adéquation doit impérativement répondre aux besoins de la personne adulte et respecter ses choix et ses aspirations;

Attendu tous les défis que représente cette vision large de l’adéquation;

L'ICÉA soutient que le gouvernement ainsi que les intervenantes et les intervenants concernés par l’adéquation doivent tenir compte des quatre dimensions suivantes dans leur actuelle recherche de correspondance entre la formation, les compétences de la main-d’œuvre et les emplois :

CONDITIONS

L’adéquation commande de tenir compte des différentes conditions et situations qui peuvent avoir une influence sur les besoins, les choix et les aspirations d’une personne, de même que sur sa capacité d’apprendre et de participer à une activité d’apprentissage. Il faut également tenir compte des facteurs structurels qui peuvent contribuer à la réussite de l’apprentissage ainsi qu’à l’intérêt (ou le désintérêt) porté à certains emplois ou secteurs de l’industrie.

  • Tenir compte des conditions et des situations de vie des personnes : conditions de vie des personnes; situation familiale, personnelle et professionnelle; diversité des besoins, des choix et des aspirations.
  • Réunir les conditions essentielles à l’apprentissage : accessibilité et flexibilité de l’offre de formation (temps plein et partiel, soirs et fins de semaine, etc.); temps nécessaire à l’apprentissage; conciliation des responsabilités familiales, personnelles, professionnelles et autres; accompagnement et encadrement des personnes et des milieux de travail, en cours de formation et à l’issue de la formation.
  • Favoriser l’émergence de conditions de travail acceptables : rémunération en cours de formation ou de stage; protections sociales (congés maladie, parental ou autre); lutte à toute forme de discrimination; exigences physiques, psychologiques ou autres.

MOYENS

L’adéquation commande de mettre en œuvre des moyens permettant de soutenir le développement des compétences des personnes dans une perspective d’apprentissage tout au long de la vie et dans toutes ses dimensions. Il faut également favoriser la reconnaissance des acquis et des compétences et développer une offre de formation variée, accessible et flexible, qui répondra aux besoins des entreprises et de toutes les personnes, qu’elles soient en emploi ou non.

Une attention soutenue doit être accordée aux groupes de personnes qui ont plus difficilement accès à l’emploi. Il a été démontré que ce sont surtout les personnes en emploi qui utilisent la formation. De même, plus l’emploi est qualifié et demande de la formation, plus les personnes qui occupent ces emplois ont accès à la formation continue.

  • Soutenir le développement des compétences des personnes (en emploi ou non) dans une perspective d’apprentissage tout au long de la vie et dans toutes ses dimensions : intervention en amont de la formation (accès à la formation, reconnaissance des acquis et des expériences, encadrement et accompagnement personnalisé); mettre en place les conditions de réussite et de persévérance lors de la formation (pédagogie adaptée, conditions financières et matérielles); valorisation, utilisation et transfert des acquis.
  • Répertorier et documenter les besoins en matière de compétences et de main-d’œuvre : veille prospective des compétences; évaluation des besoins réels du marché du travail; actualisation et diffusion régulières de renseignements sur les compétences et les emplois en demande.
  • Encourager la formation continue en emploi pour toutes les travailleuses et tous les travailleurs : partage d’expertise sur l’organisation de la formation avec les milieux de travail; mesures de soutien à la formation et à la libération de temps pour les personnes et les milieux de travail; dispositifs d’accompagnement et d’aide au transfert des apprentissages; développement d’une culture de la formation au sein des entreprises.
  • Développer une offre de formation variée, accessible et flexible : diversité des formations courtes, moyennes ou longues répondant aux besoins des personnes et des entreprises; offre de cours et de programmes (techniques et professionnels) à temps partiel; diversité des lieux de formation et d’apprentissage (établissements d’enseignement, organismes communautaires, en entreprise, autoformation, etc.).
  • Favoriser l’accès à la reconnaissance des acquis et des compétences : reconnaissance des diplômes étrangers, des expériences acquises au travail ou autres que professionnelles; valorisation des acquis réalisés en milieu de travail, etc.

RESSOURCES

L’adéquation commande de parvenir à une meilleure coordination des efforts déployés par l’État, ses ministères et ses agences et de favoriser la communication, le partage de connaissances et la concertation entre toutes les organisations concernées par l’adéquation. Il faut inclure toutes les personnes (en emploi ou non) susceptibles d’aider à combler les besoins de main-d’œuvre dans les mesures d’adéquation. Il faut également favoriser la participation des organisations de la société civile à la détermination des moyens permettant d’améliorer l’adéquation.

  • Coordonner les efforts déployés par l’État, ses ministères et ses agences : politique globale d’éducation des adultes; stratégies interministérielles; reconnaissance des responsabilités partagées et des rôles respectifs de chacun; leadership du MEES en matière de formation, de stage et de reconnaissance des acquis et des compétences.
  • Mettre en œuvre des mesures, des stratégies et des politiques complémentaires : concertation des actions et équilibre des relations entre les organisations concernées par l’adéquation; élimination des dynamiques de compétition; reconnaissance des responsabilités partagées et des rôles respectifs de chacun.
  • Miser sur toutes les populations adultes : inclusion en emploi des personnes marginalisées et sous-représentées sur le marché du travail; recrutement et attraction des personnes immigrantes et des personnes nouvellement formées; formation continue des personnes en emploi; développement des compétences et ascension en emploi.
  • Favoriser la participation de toutes organisations de la société civile : participation des organisations actives en éducation des adultes et en développement de la main-d’œuvre à la détermination des moyens permettant d’améliorer l’adéquation.

CONTENUS

L’adéquation commande non seulement de répondre aux besoins actuels et futurs du marché du travail, mais aussi aux exigences de la société du XXIe et, surtout, aux besoins des citoyennes et des citoyens de cette société. Il faut que les efforts déployés en matière d’adéquation favorisent tout à la fois l’acquisition de nouvelles compétences, utiles à court et moyen termes, et de compétences qui aideront les personnes, les milieux de travail et la société à s’adapter aux changements à venir.

  • Favoriser l’acquisition de nouvelles compétences en demande : contenus et programmes de formations axés sur les besoins actuels et futurs du marché du travail; compétences techniques et spécialisées utiles à court et moyen termes.
  • Favoriser l’adaptation à long terme : développement de compétences génériques et cognitives favorisant l’adaptation à long terme (ex. : littératie, numératie et formation de base); développement de compétences utiles en matière de vie citoyenne, d’environnement, de santé, de relations interculturelles, de finances personnelles, etc.

L'ICÉA soutient que ces quatre dimensions sont les conditions de réussite d’une adéquation large qui permettra non seulement d’atteindre les objectifs identifiés par le gouvernement du Québec – soit l’émergence d’une main-d’œuvre qualifiée et résiliente, une participation inclusive au marché du travail, l’augmentation de la productivité et une plus grande prospérité pour le Québec (CPMT, 2018) – mais aussi de développer notre capacité collective d’agir, d’innover et de nous adapter au changement.

Thèmes traités dans ce document