Déclaration sur le droit d’apprendre pour les adultes (2008)

De Indicateurs EA
Révision datée du 28 janvier 2021 à 11:06 par Hervé (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Déclaration sur le droit d’apprendre pour les adultes (2008)

Énoncé de messages clés formulés à l’intention de la délégation canadienne à l’UNESCO en préparation de la 6e Conférence internationale sur l’éducation des adultes.

Source : Déclaration du Forum francophone consultatif ICÉA-FCAF sur le droit d’apprendre pour les adultes, document préparatoire à CONFINTÉA VI, Montréal, jeudi 23 et vendredi 24 octobre 2008.

Messages clés proposés par le Forum de Montréal

1) La délégation canadienne à l’UNESCO doit faire valoir qu’il est primordial que les États s’engagent à assurer à tous les citoyens et toutes les citoyennes l’alphabétisation et l’acquisition d’une formation de base.

Pour ce faire, la délégation doit enjoindre les États à :

  • financer adéquatement et à long terme l’alphabétisation et l’acquisition d’une formation de base;
  • s’assurer que toutes les politiques des États (éducation, économie, santé, culture, développement régional, etc.) contribuent aux objectifs communs en alphabétisation;
  • faire de l’alphabétisation, de la formation de base une priorité des gouvernements qui mobilise tous les acteurs sociaux.


Par ailleurs, dans le but d’atteindre ces objectifs d’alphabétisation et d’acquisition d’une formation de base, nous recommandons à la délégation canadienne à l’UNESCO de faire valoir l’importance, pour les États, de mettre en œuvre des approches de proximité en matière de sensibilisation, de recrutement et de prestation de services qui mobilisent tous les milieux de vie de l’adulte (famille, environnement de travail, communautés, etc.).

2) La délégation canadienne à l’UNESCO doit faire valoir qu’il est primordial que les États s’engagent à favoriser l’accessibilité à l’éducation et à la formation continue de qualité pour tous les adultes.

Pour ce faire, la délégation doit enjoindre les États à :

  • lever tous les obstacles qui freinent la participation des adultes ou qui limitent la capacité d’intervention des acteurs (sensibiliser, informer, accueillir, répondre aux besoins, accompagner, soutenir, motiver);
  • enraciner une culture de l’apprentissage et permettre à tous les adultes d’exprimer leurs aspirations et leurs besoins éducatifs;
  • développer une offre de formation équitable qui cible les populations adultes à risque d’exclusion (immigrants, femmes, handicapés, personnes peu qualifiées, travailleurs plus âgés, adultes peu alphabétisés, aînés, migrants, sans-emploi, etc.).

Par ailleurs, dans le but d’atteindre ces objectifs en matière d’accessibilité, nous recommandons à la délégation canadienne à l’UNESCO de faire valoir l’importance, pour les États et pour tous les intervenants du monde de l’éducation des adultes, d’assurer un accompagnement et un soutien financier adéquats des apprenants adultes.

3) La délégation canadienne à l’UNESCO doit faire valoir qu’il est primordial que les États s’engagent à adopter des politiques et des lois et à mettre en place ou à soutenir des structures qui assurent le développement de l’éducation des adultes et de la formation continue.

Pour ce faire, la délégation doit enjoindre les États à :

  • établir le droit d’apprendre tout au long de la vie pour l’adulte dans les législations existantes ou futures et intégrer une dimension d’éducation des adultes et de formation continue dans toutes les politiques publiques;
  • reconnaître la contribution de tous les acteurs du milieu de l’éducation des adultes et de la formation continue (secteurs formel, non-formel et informel, éducation populaire, formation à distance, formation de la main-d’œuvre, etc.) et élargir la portée des politiques conséquemment.

Pour nous, ces messages sont majeurs et devraient être au cœur du discours que le Canada portera dans le cadre de CONFINTÉA VI et dans le cadre de ses conférences préparatoires. Plus spécifiquement, la délégation canadienne doit mettre tout son poids pour renforcer l’éducation des adultes en français dans le monde. À cette fin, en plus d’avoir une portée universelle, chacun des messages clés de cette déclaration sont des orientations d’action nécessaires pour renforcer et développer le droit à l’éducation des adultes et à la formation continue en français au Canada et dans tous les pays de la francophonie.

Finalement, nous joignons en annexe à notre déclaration toutes les propositions discutées lors du Forum. Elles sont issues des délibérations publiques de la société civile qui ont eu lieu au cours des dernières années et traduisent bien nos préoccupations les plus larges en matière d’éducation et de formation des adultes.

La délégation canadienne peut contribuer au succès de CONFINTÉA VI en y faisant évoluer la réflexion et les engagements des pays participants et en adoptant une ligne de conduite proactive dans plusieurs dossiers. Dans cet esprit, nous espérons qu’elle fera sienne les messages clés énoncés ici.

Déclaration adoptée à l’unanimité par l’ICÉA, la FCAF et les 150 participants et participantes au Forum consultatif francophone réunis à Montréal, les 23 et 24 octobre 2008.