Recommandation de l’UNESCO sur le développement de l’éducation des adultes (2014)

De Indicateurs EA
Révision datée du 28 janvier 2021 à 09:46 par Hervé (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Recommandation de l’UNESCO sur le développement de l’éducation des adultes (2014)

Orientations de l’ICÉA en lien avec l’actualisation de la recommandation de l’UNESCO sur le développement de l’éducation des adultes. Document déposé à la Commission sectorielle Éducation de la Commission canadienne pour l'UNESCO, Rencontre du 21 mars 2014.

Énoncé de trois orientations liées à la révision de la recommandation de 1976 sur le développement de l‘éducation des adultes, recommandation faite par l’ICÉA à la Commission canadienne pour l’UNESCO.

Source : Lien (fichierPDF)

Trois orientations liées à la révision de la recommandation de 1976

PREMIÈRE ORIENTATION : préserver la large portée de la recommandation

L’ICÉA juge important de préserver la large portée de la Recommandation, qui en fait un instrument holistique, humaniste et complet unique en matière de droit à l'éducation des adultes. Nous proposons donc que la recommandation révisée contienne toujours des éléments sur les aspects suivants, à l’instar de la Recommandation de 1976:

  • les objectifs de l’éducation des adultes;
  • les contenus généraux et les domaines spécifiques d’apprentissage répondant à la demande diversifiée d’éducation des adultes;
  • les stratégies, les structures organisationnelles, les méthodes et les moyens de l’éducation des adultes;
  • les caractéristiques essentielles d’un environnement soutenant l’apprentissage, par exemple, les infrastructures et le financement.


DEUXIÈME ORIENTATION : des pistes à retenir des bilans antérieurs et de la réflexion institutionnelle en cours

La Recommandation sur le développement de l’éducation des adultes doit :

  • réaffirmer la reconnaissance du rôle de l’éducation des adultes, cette clé du XXIe siècle (CONFINTEA V), en situant ce rôle en fonction des défis d’une société qui fait plus que jamais du savoir une condition d’inclusion ou une source d’exclusion, selon que l’on y ait accès ou non;
  • établir le droit à l’éducation des adultes, au-delà de l’éducation de base, et traduire ce droit par des politiques qui concernent autant les compétences sociales et citoyennes que la formation de base et la formation liée à l’emploi et qui tiennent compte de la diversité des nouvelles demandes d’éducation;
  • faire progresser la mise en œuvre de la perspective de l’apprentissage tout au long de la vie en facilitant la gestion de la continuité des parcours éducatifs (de l’éducation préscolaire à l’éducation des adultes, en passant par la formation initiale des jeunes);
  • développer l’offre de possibilités d’apprentissage en investissant dans la capacité de répondre à des demandes d’éducation diversifiées, directement en lien avec la plupart des sphères de la vie quotidienne (santé, environnement, finances personnelles, rôle parental, emploi, participation citoyenne, etc.).


TROISIÈME ORIENTATION : l’arrimage avec le processus d’élaboration de l’agenda post-2015

La nouvelle Recommandation devrait être intégrée à ce cadre d’action qui accompagnera l’orientation sur l’éducation que contiendra le prochain agenda post-2015. De cette manière, l’éducation des adultes bénéficierait d’une reconnaissance dont l’absence a fréquemment été condamnée dans la mise en œuvre des Objectifs du Millénaire.