Mémoire sur la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale (2015)

De Indicateurs EA
Révision datée du 14 mars 2018 à 12:55 par Hervé (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Mémoire sur la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale (2015)

Énoncé de positions concernant l’inscription du droit à l’éducation dans la Loi visant à lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale et la valorisation de l’apprentissage tout au long de la vie selon différentes priorités : l’alphabétisation, la formation de base et l’accès à une première qualification. Source : Le droit à l’éducation pour tous les adultes : une condition essentielle de la lutte contre l’exclusion et la pauvreté dans les sociétés du savoir (fichier PDF), mémoire de l'ICÉA dans le cadre de la consultation sur la Stratégie de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale, janvier 2016.

Lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale : également une question d’éducation

RECOMMANDATION no 1 : Inscrire, dans la Loi visant à lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale ainsi que dans la stratégie nationale qui l’accompagne, le droit à l’éducation pour tous les adultes à titre de condition essentielle pour lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale.

RECOMMANDATION no 2 : Inclure dans la Stratégie nationale de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale des dispositions en matière d’éducation qui engagent le gouvernement à poser les actions suivantes :

  1. adopter une stratégie de lutte à l’analphabétisme qui favorise l’alphabétisation des personnes ainsi que l’élimination des causes de l’analphabétisme et l’atténuation de ses conséquences;
  2. favoriser l’acquisition d’une formation de base par tous les adultes et, à cette fin, reconnaître le rôle unique joué par les centres d’éducation des adultes;
  3. favoriser l’accès à une première qualification pour tous les jeunes adultes ainsi que le développement continu des compétences des personnes en emploi.

RECOMMANDATION no 3 : Appeler à la mise à jour de la Politique gouvernementale d’éducation des adultes et de formation continue pour assurer la cohérence des actions et la mobilisation des partenaires.