Politiques en éducation des adultes

De Indicateurs EA

Politiques en éducation des adultes

DocumentDate de publicationTexte de la position
Positionnement de l’ICÉA à l’égard de la Politique gouvernementale d’éducation des adultes et de formation continue (2007)2007* Rendre effectif le droit à l’éducation et à la formation pour toutes et tous en faisant une priorité nationale de l’alphabétisation, de la francisation, de la formation de base et de l’atteinte d’une première qualification.
Positionnement de l’ICÉA à l’égard de la Politique gouvernementale d’éducation des adultes et de formation continue (2007)2007* Élargir la Politique gouvernementale d’éducation des adultes et de formation continue.
Déclaration sur le droit d’apprendre pour les adultes (2008)20081) La délégation canadienne à l’UNESCO doit faire valoir qu’il est primordial que les États s’engagent à assurer à tous les citoyens et toutes les citoyennes l’alphabétisation et l’acquisition d’une formation de base.

Pour ce faire, la délégation doit enjoindre les États à :

  • financer adéquatement et à long terme l’alphabétisation et l’acquisition d’une formation de base;
  • s’assurer que toutes les politiques des États (éducation, économie, santé, culture, développement régional, etc.) contribuent aux objectifs communs en alphabétisation;
  • faire de l’alphabétisation, de la formation de base une priorité des gouvernements qui mobilise tous les acteurs sociaux.


Par ailleurs, dans le but d’atteindre ces objectifs d’alphabétisation et d’acquisition d’une formation de base, nous recommandons à la délégation canadienne à l’UNESCO de faire valoir l’importance, pour les États, de mettre en œuvre des approches de proximité en matière de sensibilisation, de recrutement et de prestation de services qui mobilisent tous les milieux de vie de l’adulte (famille, environnement de travail, communautés, etc.).
Mémoire sur l’accessibilité (2010)2009RECOMMANDATION no 4 : renforcer la mission sociale de l’État en éducation et en formation des adultes en développant davantage de synergie entre les acteurs étatiques en éducation et en formation des adultes et en intégrant des objectifs d’éducation et de formation des adultes dans les politiques sociales, économiques, culturelles, environnementales et de développement régional de l’État.

Nous recommandons au CSE de proposer que les politiques de l’État en éducation, en santé, en économie, en culture et en développement régional intègrent, en lien avec leur domaine d’intervention respectif, des objectifs communs d’accès à l’éducation et à la formation des adultes. Plus spécifiquement, cette action concertée d’éducation et de formation des adultes :

  • accorderait une priorité aux populations vivant les plus grandes inégalités d’accès;
  • s’appuierait sur les principes et les fondements de l’éducation et de la formation des adultes énoncés dans la Politique gouvernementale d’éducation des adultes et de formation continue.
Mémoire sur l’accessibilité financière aux études (2010)2010RECOMMANDATION no 6 : élaborer un cadre financier qui favorise la synergie entre tous les acteurs étatiques et qui soutient activement la réalisation d’objectifs d’éducation et de formation des adultes dans les politiques sociales, économiques, culturelles, environnementales et de développement régional de l’État, de ses ministères et de ses agences.

Dans cette perspective, nous recommandons au Comité consultatif sur l’accessibilité financière aux études de faire valoir la nécessité de lier les politiques de l’État en éducation, en santé, en économie, en culture et en développement régional à des objectifs communs d’accessibilité financière à l’éducation et à la formation des adultes :

  1. cette action concertée accorderait une priorité aux populations vivant les plus grandes inégalités d’accès;
  2. elle s’appuierait par ailleurs sur les principes et les fondements de l’éducation et de la formation des adultes énoncés dans la Politique gouvernementale d’éducation des adultes et de formation continue.
Déclaration sur le développement de l’éducation des adultes au Québec (2013)20139. Lutter contre l’analphabétisme (Action 12) : doter l’État d’une vision globale, cohérente et à long terme du problème de l’analphabétisme en élaborant un plan structuré interministériel axé sur un partenariat avec les acteurs du milieu et intégré à l’ensemble des mesures visant l’apprentissage tout au long de la vie des adultes.
Déclaration sur le développement de l’éducation des adultes au Québec (2013)201314. Reconnaître le rôle des groupes populaires en éducation des adultes (Action 17) : se donner une voix commune, créer un espace de concertation qui conférerait au secteur de l’éducation des adultes en général et de l’éducation populaire en particulier plus de poids politique pour se faire entendre auprès du gouvernement, notamment dans le but d’exercer une pression à court terme pour réintroduire l’éducation populaire et une définition large de l’éducation dans une nouvelle politique gouvernementale à venir et, à plus long terme, avoir une influence politique dans l’orientation et l’élaboration de cette politique et assurer un suivi régulier dans sa mise en œuvre et son actualisation.
Réforme du curriculum de la formation générale des adultes (FGA), mémoire CSE (2013)2013RECOMMANDATION no 1 : Dans son bilan de la mise en œuvre de la réforme du curriculum et des programmes de la formation générale des adultes, depuis les États généraux sur l’éducation, l’ICÉA invite le Conseil à tenir compte de trois grands constats :
  • l’incidence positive du processus d’élaboration de la Politique gouvernementale d’éducation des adultes et de formation continue sur la prise en compte d’une perspective andragogique dans le développement du curriculum de la FGA;
  • la prise en compte de la perspective andragogique dans la construction du curriculum n’a pas empêché la disparition de la formation à la FGA dans l’enseignement initial des enseignantes et des enseignants dans les universités du Québec; et
  • des problèmes soulevés, dans plusieurs documents depuis les États généraux sur l’éducation, relativement aux conditions matérielles et professionnelles à la FGA.
  • L’éducation populaire sous l’angle d’une plus grande accessibilité à l’éducation des adultes (2013)20134. Une demande persistante de reconnaissance du secteur
    • La consultation préparatoire à l’événement 24 heures pour un Québec apprenant (hiver 2013)3 a fait ressortir l’importance que ces milieux accordent au fait d’appartenir au monde de l’éducation des adultes.
    • L’événement 24 heures pour un Québec apprenant a permis d’affirmer l’importance d’offrir à ces organismes les moyens de « se donner une voix commune, [de] créer un espace de concertation qui confèrerait au secteur de l’éducation des adultes en général et de l’éducation populaire en particulier plus de poids politique pour se faire entendre auprès du gouvernement ». (ICÉA 2013, Actes du 24 heures pour un Québec apprenant)
    • Cet espace doit notamment permettre « d’exercer une pression à court terme pour réintroduire l’éducation populaire et une définition large de l’éducation dans une nouvelle politique gouvernementale à venir et, à plus long terme, avoir une influence politique dans l’orientation et l’élaboration de cette politique et assurer un suivi régulier dans sa mise en œuvre et son actualisation ». (ICÉA 2013, Actes du 24 heures pour un Québec apprenant)
    • Ces revendications quant à l’espace et la voix commune plaident pour une réactualisation de la place que l’ÉP et l’ÉPA pourraient occuper dans une politique en éducation des adultes et constitue une piste pour favoriser l’accessibilité à l’éducation des adultes.
    Convergences pour la FGA, constats et défis (2015)2015# Redonner un statut central à la Politique gouvernementale d’éducation des adultes et de formation continue
    Les conditions d’un accompagnement réussi en éducation des adultes, projet de loi no 70 (2016)2016RECOMMANDATION no 13 : Le Ministre doit s’assurer que les modifications apportées à la Loi favorisant le développement et la reconnaissance des compétences de la main-d’œuvre ainsi qu’à la Loi sur le ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale et sur la Commission des partenaires du marché du travail ne limitent pas la représentation des partenaires issus de la société civile au sein de la CPMT et que ces modifications ne réduisent pas le rôle de premier plan joué par la CPMT dans l’identification des besoins de développement de la main-d’œuvre ainsi que la gestion du Fonds de développement et de reconnaissance des compétences de la main-d'œuvre, comme le propose le projet de loi en réduisant le pouvoir des instances partenariales au profit d’une plus grande concentration du pouvoir de décision au niveau du Ministre.
    Les conditions d’un accompagnement réussi en éducation des adultes, projet de loi no 70 (2016)2016RECOMMANDATION no 2 : La volonté du Ministre de favoriser une meilleure adéquation entre la formation et l’emploi ne doit ni réduire la formation à une mesure de gestion de l’aide sociale, ni réduire les enjeux de formation de la main-d’œuvre à la seule problématique de l’adéquation entre la formation et l’emploi.

    Par ailleurs, cette volonté ne doit pas s’incarner dans un projet de loi qui s’apparente à un projet de loi omnibus comme le fait le projet de loi actuel en proposant d’abroger ou de modifier plusieurs lois existantes.

    Le Ministre doit traiter de manière distincte les changements proposés à l’aide-sociale et les enjeux de la formation de la main-d’œuvre. Ces changements doivent finalement prendre forme dans une stratégie d’action multisectorielle et interministérielle et être encadrés par une Politique gouvernementale d’éducation des adultes et de formation continue.
    Les conditions d’un accompagnement réussi en éducation des adultes, projet de loi no 70 (2016)2016RECOMMANDATION no 12 : Afin de contrer l’affaiblissement de l’infrastructure québécoise en éducation des adultes et d’accorder à l’apprentissage tout au long de la vie toute l’importance qui lui est due dans notre société du savoir, le gouvernement du Québec doit réaffirmer le rôle central joué par la Politique gouvernementale d’éducation des adultes et de formation continue à l’égard des autres politiques publiques.