Concertation et synergie

De Indicateurs EA

Concertation et synergie

DocumentDate de publicationTexte de la position
Mémoire sur l’accessibilité (2010)2009* Pour lever l’obstacle institutionnel lié au manque de concertation des intervenants de l’offre de formation : développer une plus grande cohérence entre les instances régionales existantes en éducation et en formation des adultes (par exemple, les conseils régionaux des partenaires du marché du travail, les tables interordres et les tables de coordination régionales de la Semaine québécoises des adultes en formation) et soutenir les initiatives de concertation associant des intervenants de différents milieux. À cet effet, faire en sorte que la concertation contribue à susciter des synergies, à renforcer la complémentarité des interventions et à favoriser les partenariats.
Mémoire sur l’accessibilité financière aux études (2010)2010RECOMMANDATION no 6 : élaborer un cadre financier qui favorise la synergie entre tous les acteurs étatiques et qui soutient activement la réalisation d’objectifs d’éducation et de formation des adultes dans les politiques sociales, économiques, culturelles, environnementales et de développement régional de l’État, de ses ministères et de ses agences.

Dans cette perspective, nous recommandons au Comité consultatif sur l’accessibilité financière aux études de faire valoir la nécessité de lier les politiques de l’État en éducation, en santé, en économie, en culture et en développement régional à des objectifs communs d’accessibilité financière à l’éducation et à la formation des adultes :

  1. cette action concertée accorderait une priorité aux populations vivant les plus grandes inégalités d’accès;
  2. elle s’appuierait par ailleurs sur les principes et les fondements de l’éducation et de la formation des adultes énoncés dans la Politique gouvernementale d’éducation des adultes et de formation continue.
Forum national sur la formation professionnelle et technique (2011)2011# d’organiser la concertation régionale de tous les acteurs concernés par la formation liée à l’emploi;
  • La priorité de ces concertations régionales serait de répondre efficacement à tous les aspects de la demande de formation, qu’ils soient liés à l’emploi ou non, incluant l’alphabétisation et la formation de base.
Déclaration sur le développement de l’éducation des adultes au Québec (2013)201315. Renforcer la place de la formation continue dans les commissions scolaires, au cégep et à l’université (Action 18) : décloisonner l’administration publique en matière d’éducation pour favoriser la collaboration entre les différents intervenants internes et externes afin de mieux répondre aux adultes apprenants. Se servir du poids démographique des adultes afin d’exercer une pression politique sur les décideurs.
Déclaration sur le développement de l’éducation des adultes au Québec (2013)201317. Promouvoir l’interaction et la concertation régionale (Action 2) : assurer, au niveau régional, des mécanismes de coordination inclusifs, clairs, où les rôles et les responsabilités de chacun sont précisés, afin d’établir des priorités et des projets communs.
Convergences pour la FGA, constats et défis (2015)2015# Repenser les liens entre l’éducation initiale des jeunes et l’éducation des adultes ainsi que les réalités en amont et en aval de la FGA dans une logique de continuum et en adoptant une perspective systémique.
Inscrire l’éducation des adultes dans la gouvernance (2016)2016RECOMMANDATION 1 : Toute réforme de la gouvernance dans l’enseignement supérieur, en particulier dans les instances-conseils, doit nécessairement favoriser le développement de l’éducation des adultes. Elle doit favoriser la coordination avec l’ensemble des parties prenantes en éducation et les intervenantes et intervenants extérieurs au champ scolaire. Le secteur de l’éducation des adultes doit être représenté adéquatement dans les instances de gouvernance. Cette représentation doit tenir compte de la diversité des actrices et acteurs en éducation des adultes, notamment les adultes en formation.
Les conditions d’un accompagnement réussi en éducation des adultes, projet de loi no 70 (2016)2016RECOMMANDATION no 2 : La volonté du Ministre de favoriser une meilleure adéquation entre la formation et l’emploi ne doit ni réduire la formation à une mesure de gestion de l’aide sociale, ni réduire les enjeux de formation de la main-d’œuvre à la seule problématique de l’adéquation entre la formation et l’emploi.

Par ailleurs, cette volonté ne doit pas s’incarner dans un projet de loi qui s’apparente à un projet de loi omnibus comme le fait le projet de loi actuel en proposant d’abroger ou de modifier plusieurs lois existantes.

Le Ministre doit traiter de manière distincte les changements proposés à l’aide-sociale et les enjeux de la formation de la main-d’œuvre. Ces changements doivent finalement prendre forme dans une stratégie d’action multisectorielle et interministérielle et être encadrés par une Politique gouvernementale d’éducation des adultes et de formation continue.
Les conditions d’un accompagnement réussi en éducation des adultes, projet de loi no 70 (2016)2016RECOMMANDATION no 13 : Le Ministre doit s’assurer que les modifications apportées à la Loi favorisant le développement et la reconnaissance des compétences de la main-d’œuvre ainsi qu’à la Loi sur le ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale et sur la Commission des partenaires du marché du travail ne limitent pas la représentation des partenaires issus de la société civile au sein de la CPMT et que ces modifications ne réduisent pas le rôle de premier plan joué par la CPMT dans l’identification des besoins de développement de la main-d’œuvre ainsi que la gestion du Fonds de développement et de reconnaissance des compétences de la main-d'œuvre, comme le propose le projet de loi en réduisant le pouvoir des instances partenariales au profit d’une plus grande concentration du pouvoir de décision au niveau du Ministre.